Radioactivité : La Presqu’île de Guérande surveillée par les habitants

Dans la Presqu’île de Guérande, le collectif Cap Radioactivité a mis à jour des « points chauds ». Certains émettent des taux de radioactivité 3000 fois supérieurs à une dose acceptable. Nous avons rencontré les membres du collectif sur un chemin de Guérande. Cadre bucolique et pourtant, l’uranium semble bien présent. De quoi affoler le compteur Geiger !

De la radioactivité en Presqu’île de Guérande ! Non vous ne rêvez pas. Imaginez la scène. Vous êtes en balade en famille. C’est dimanche. Vous laissez vos enfants explorer les sentiers…Le fait que les déchets de l’ancienne mine d’uranium de Piriac soient utilisés en remblai, n’est pas udg5-collectif-cap-radioactivite-guerandene nouveauté. A en croire les rapports d’Areva, il s’agit de matériaux « stériles ». Et pourtant, avec les membres du collectif Cap Radioactivité, nous avons pu faire le test avec un DG5 (compteur Geiger) le long d’un petit chemin de promenade, bordé d’arbres et de champs.

Guérande : balade avec la radioactivité chemin Le Bout du Bois


Le collectif Cap Radioactivité s’est créé en 2014. Il est le fruit de l’union de deux associations locales et d’une cinquantaine de citoyens. Soutenus par la Criirad, Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, leurs membres contestent les conditions de mesures données par Areva. Ils déplorent qu’elles soient réalisées à un mètre du sol avec une certaine durée d’exposition.

Avec leur DG5, le collectif recense les points chauds de la presqu’île de Guérande. Il entend maintenir la pression sur Areva pour que la société traite les sites pollués. Dans cette vidéo, retrouvez les interviews de deux membres de ce regroupement de citoyens : Mireille Bourdon et Jean-Max Estay.

Informations

Pour aller plus loin : document officiel d’Areva sur les sites de Guérande à consulter ici.