Réseaux sociaux : la campagne se joue également au niveau local

Au niveau local, les comptes Twitter de campagne des partis constituent un relai essentiel de l’information politique.

Sur le plan national, il ne fait aucun doute que les réseaux sociaux et le numérique sont une arme de choix pour les candidats. Mais au niveau local, ils sont tout aussi importants.

Que ce soit sur Facebook ou Twitter, En Marche 44, PS Loire-Atlantique ou encore UPR 44 sont autant de comptes locaux dédiés à des mouvements politiques ou au soutien à des candidats à la présidentielle comme celui de Benoît Hamon. Selon les partis, il y a un ou plusieurs comptes. L’objectif est clair, assurer un suivi de l’information pour fédérer sur tout le territoire. Parfois ces comptes ont différentes déclinaisons : pour les jeunes ou pour une ville en particulier.

Le compte Twitter du PS en Loire Atlantique laisse place à des sujets plus locaux comme Notre-Dame-Des-Landes. (Source : Tweetchup)

On le sait, les réseaux sociaux sont désormais un élément indispensable dans la communication des partis politiques. Ils constituent une véritable alternative aux médias traditionnels et permettent de toucher le grand public, notamment les plus jeunes. On y retrouve les déclarations officielles des candidats, les articles de presse les plus flatteurs et toutes les informations sur les meetings locaux. Le community manager  de Debout La France 44 l’explique lui même : « le compte nous permet de relayer les informations de notre mouvement en local ainsi que nos prises de position sur différentes problématiques du département. Il nous permet également de relayer les tweets de nos instances nationales et de nos personnalités ».

Pour le community manager d’En Marche 44, pas de stratégie réelle mise à part « de la bienveillance, des photos a minima de bonne qualité et l’envie au maximum d’interagir avec chacun ». Si la volonté d’interaction est présente sur certains comptes, d’autres préfèrent uniquement se servir de cet outil pour transmettre de l’information.

Mais la communication c’est également de l’image, et ce genre de page en comporte beaucoup. Elles montrent les sympathisants nombreux et énergiques aux meetings. On peut y voir les militants faire campagne au plus près de votre ville, et enfin les candidats s’afficher aux cotés des élus locaux.

Le compte en Marche 44 retweet systématiquement les travaux de la photographe officielle d’Emmanuel Macron.

 

Un des retweets du compte Les Républicains 44 présentant des militants tractant sur un marché.

 

Ces comptes incitent les militants à poster eux-mêmes toutes photos mettant en avant la dynamique du candidat. En plus de répandre le message auprès de leurs proches, le community manager obtient une communication à moindre frais. Les statistiques montrent d’ailleurs que la plupart des tweets sur ces comptes sont des retweets. Toutes ces images servent donc avant tout à vous faire sentir que sur le terrain, proche de chez vous, le candidat et ses supporters sont présents.

 

Fidéliser pour la présidentielle, mais également sur le long terme

Ces comptes ont également une autre utilité, faire le lien avec les législatives. La force médiatique des candidats à la présidentielle ramène de nombreux internautes qui ne s’intéressent pas forcément aux élections plus locales. Si prendre une carte à un parti est un acte lourd de sens, suivre un compte de soutien reste un geste plus anodin. Cela amène le public à s’intéresser à des personnalités locales. Ces comptes partagent les messages de beaucoup de personnalités, les présidentiables bien sûr, mais également des édiles du territoire. Une aubaine pour les différents candidats aux législatives. Il n’est d’ailleurs pas rare d’apercevoir le #circo suivi du numéro du territoire du candidat sur des retweets.

 

 


Depuis le début d’année l’utilisateur le plus retweeté par @fnational44 est Gauthier Bouchet, candidat dans la circonscription de Saint-Nazaire. (Source : Tweetchup)

 

Sur les 11 candidats, sept ont un ou plusieurs comptes Twitter dédiés en Loire-Atlantique. Les mouvements avec le plus d’abonnés sont dans l’ordre le Front National (@fnational44 – 2373 abonnés), Les Républicains (@44republicains – 1418 abonnés), le PS (@fede_ps44 – 1192 abonnés), la France Insoumise (@insoumis44 – 1104 abonnés), En Marche ! (@EnMarcheNantes – 1047 abonnés), l’UPR (@UPR44 – 716 abonnés), et enfin Debout la France (@DLF_44 – 294 abonnés). Les mouvements de Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jacques Cheminade et Jean Lasalle ne sont pas représentés sur Twitter en Loire-Atlantique.

La stratégie sur le numérique passe donc également par le local, une manière de capter un nouveau public qui ne s’engagera pas forcement en politique par une voie traditionnelle.

Et vous, êtes-vous abonné à un compte politique local ?

Crédits photos : ©Alan O’Rourke via Flickr – CCBY