BigUp4Startup : activateur de Start-up !

BigUp4Startup est un consortium : un projet issu du regroupement de plusieurs acteurs.

Nous avons interrogé Lucie Phaosady et Pierre Billet. Les co-fondateurs aiment parler de Big Up4Startup comme d’un “activateur” de projets. Ils seront présents au festival Web2day à Nantes les 7,8 et 9 juin prochains.


Actu Ouest : Pouvez-vous nous rappeler le contexte du lancement de Big Up4Startup en 2015 ?

BigUp4Startup : Le consortium est né à Montpellier dans le cadre de la French Tech. Devant la multitude d’appels à projets des entreprises et les difficultés pour les start-up à répondre à ceux-ci. Il était nécessaire de trouver une solution. Face à ces contraintes, l’idée a donc été de créer des BigUp (territoires), permettant de simplifier les relations entre grands groupes et start-up. On s’appuie sur trois piliers : les start-up, les grands groupes et les acteurs locaux du numériques. Ainsi, chaque partie y trouve son compte : les grands groupes mutualisent leurs appels à projets, les start-up voient leurs procédures administratives allégées et peuvent identifier plus facilement les bons interlocuteurs.

A.O : En un mot, comment résumeriez-vous ce projet ?

B.U.4.S : Le mot à retenir dans ce projet  est la coopération. Coopération entre les grands groupes qui lancent leurs appels à projets en même temps. Les différents acteurs (incubateurs, accélérateurs, clusters) de l’écosystème présents sur un territoire, partent de leurs connaissances des start-up locales. Ils identifient ainsi celles qui seront le plus à même de répondre aux projets lancés par les grands groupes.

A.O : Qu’allez vous mettre en place les 7, 8 et 9 juin 2017 lors de Web2day ?

B.U.4.S : Avant de parler de Web2day, il est important de revenir sur la journée du 9 mai qui correspond au lancement des appels à projets sur le Grand Ouest. Les start-up désireuses de se présenter auront jusqu’au 16 mai pour remplir le dossier en ligne. Par la suite, un comité de sélection, organisé par les grands groupes et les acteurs de l’écosystème, sélectionnera les start-up participantes. C’est l’étape clé qui permettra le bon déroulement pendant notre participation à Web2day. Nous avons organisé le 8 juin un pitch des directeurs de l’innovation des grands groupes, où ceux-ci échangent avec les différents acteurs de l’écosystème sur leurs appels à projets. Le lendemain, les start-up feront à leur tour un pitch à la Chambre de Commerce de Nantes. Les start-up sélectionnées seront alors reçues en rendez-vous d’affaire par ces mêmes directeurs. Il est important de préciser que cette journée sera réservée aux entreprises sélectionnées et pas ouverte au grand public.

A.O : Comment cela se passe après le pitch du 9 juin ?

B.U.4.S : Dès le lendemain, nous avons les premiers retours des grands groupes. Au bout de 3 mois, on sait si des négociations sont en cours. Au bout de 6 mois, on sait si des contrats vont être signés. Les secteurs économiques de ces jeunes entreprises sont larges : e-commerce, ingénierie, industrie, maintenance, logistique, analyse prédictive…

A.O : Lors des éditions 2016, comment se concrétisèrent ces différents rendez-vous à Bordeaux, Toulouse et Montpellier ?

B.U.4.S : Durant les trois Bigup4startup de 2016, il y a eu une quarantaine de contrats signés entre une grande entreprise et une start-up. Cela a pu déboucher sur l’achat de la solution, ou sur un test ou une intégration de la Start-up dans un incubateur d’un grand groupe. On utilise plus généralement le terme de start-up mais  les Petites et Moyennes Entreprises (PME) innovantes peuvent aussi participer au projet.

A.O : Quelles sont les tendances à suivre dans le numérique selon vous en 2017 ?

B.U.4.S : C’est une très bonne question ! On parle beaucoup d’intelligence artificielle, d’objets connectés, de blockchain et de sécurisation des données, de data…L’amélioration de la relation client par le biais de la multiplication des canaux de communication, de la simplification des tâches quotidiennes via la réalité augmentée. Autant de domaines de compétences qui intéressent les grands groupes.