Qui sont les co-workers ?

Les espaces de coworking fleurissent en France depuis 2010.
On remarque une grande disparité toutefois entre les zones urbaines et rurales. Le nombre de ces tiers-lieux explose avec les nouveaux modes de travail, la multiplication des start-up et l’essor des micro-entrepreneurs.
A Saint-Nazaire, quatre espaces de coworking accueillent chaque jour ces nouveaux travailleurs indépendants, salariés, chefs d’entreprises, étudiants… Après La Ruche et le Carré, coup de projecteur sur Le Periscop et l’Office Coffee.

Karine Seaudeau-Pirouley, fondatrice de Kasop, au Periscop

Décrivez-nous votre activité.

De formation ingénieur agro-alimentaire, je propose du conseil dans les procédés durables (chimie verte) pour les entreprises avec une spécialisation dans le domaine des fluides supercritiques. En parallèle, j’ai fondé Kasop@Tech&Event, proposant un appui opérationnel (conception, gestion et organisation) pour les événements professionnels, en particulier dans les milieux scientifiques et techniques : des colloques, des journées d’innovation ou technologiques. Je donne aussi des conférences sur les fluides supercritiques. Au Périscop, nous avons, avec un autre coworker  (Marketing Flakes), développé un rapport de veille hebdomadaire, Supercritical watch report,  où l’on identifie et sélectionne les analyses et les articles du web, les textes scientifiques, les brevets, les offres d’emploi…

Pourquoi avoir choisi un espace de coworking ?

Je suis arrivée dans la région de Saint-Nazaire il y a 3 ans et je cherchais un espace de coworking ainsi qu’une structure type portage salarial. Au Periscop, j’ai découvert le statut de l’entrepreneur salarié qui m’intéressait beaucoup plus que l’auto-entrepreneuriat et l’accès à un espace de coworking très convivial. Le Periscop est une coopérative d’entrepreneurs qui les héberge et les accompagne dans leur activité. Chaque entrepreneur a des droits et des devoirs. Nous profitons d’une structure juridique commune, ce qui peut rassurer certains clients.  Le Periscop m’a permis de découvrir d’autres entrepreneurs et de développer de nouveaux services. Cette coopérative permet de mutualiser les moyens et les compétences et d’être également plus visibles car le Periscop a son propre site web : nous avons par exemple accès à un intranet dédié aux entrepreneurs avec un outil de facturation partagé. C’est très pratique.
D’autre part, le Periscop crée une dynamique collective à travers des événements conviviaux comme les Apériscops, tous les trimestres, les petits-déjeuners thématiques, la participation à des événements organisés, à Saint-Nazaire et à Nantes également. Grâce à une équipe opérationnelle, on se sent appartenir à un groupe tout en ayant chacun notre singularité.

Claire Devaux travaille pour Altran et loue des espaces à l’Office Coffee pour consultants et managers.

Pourquoi avoir choisi un espace de coworking pour vos collaborateurs ?

Je suis responsable du support au business sur le grand Ouest pour Altran et basée à Nantes. J’encadre les managers dans leur mission administrative. Altran est une entreprise spécialisée dans le conseil en ingénierie et technologie.
Nous n’avions pas de bureau dans le bassin nazairien où nous avons pourtant une forte activité. Il y a deux ans, mon entreprise m’a demandé de trouver des espaces de coworking pour répondre à nos besoins d’organiser de grandes réunions avec nos clients, des espaces plus personnels pour réaliser des entretiens annuels professionnels avec nos consultants… Nous avions surtout besoin d’un modèle flexible, disposant de bons équipements. L’Office Coffee répondait à cela. Ajoutons le côté convivial, moderne et lumineux de cet endroit. De plus, on peut déjeuner sur place avec l’espace Class’croute sans perdre de temps. C’est extrêmement important de se sentir bien, au calme, dans un endroit où l’on n’est pas sollicité en permanence.
Je pense que cela améliore la cohésion d’équipe, on prend soin des consultants, dans un endroit sécurisé et sécurisant. Pour eux, c’est davantage un espace de séminaire. Quant à nos managers, ils ont accès à un espace très flexible, qui apparaît comme une bulle d’air : l’environnement donne envie et on travaille sans doute plus efficacement dans ces conditions.

En quoi, selon vous, ces nouvelles façons de travailler peuvent impacter les formes de travail au sein même des entreprises ?

Nous-mêmes, chez Altran, avons créé un lab en mars 2018 car nous avons réfléchi aux nouvelles manières de travailler et de brainstormer sur un sujet. Ceci afin de favoriser l’agilité intellectuelle. Dans cet espace collaboratif, avec canapés, poufs, bureaux et tableaux mobiles, on provoque des rencontres plus heureuses, qui n’auraient peut-être pas eu lieu auparavant. Cet espace nous permet aussi de prototyper : passer de l’idée au prototype avec manipulation de cartons, lego, Kapla… Pour moi, ce lab est l’application au sein de l’entreprise de l’espace collaboratif ou des tiers-lieux que l’on trouve désormais un peu partout en France. Cela favorise l’émulation et casse les codes traditionnels du fonctionnement interne.

 

The following two tabs change content below.
Auparavant journaliste pour Ouest-France, puis journaliste free lance au Vietnam pendant 8 ans, je suis actuellement rédactrice print et web indépendante, basée à Saint-Nazaire.

Derniers articles parSabrina Rouillé (voir tous)

Sabrina Rouillé

Auparavant journaliste pour Ouest-France, puis journaliste free lance au Vietnam pendant 8 ans, je suis actuellement rédactrice print et web indépendante, basée à Saint-Nazaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *